Mémoire de marinier breton

Le 20 Mars dernier, les Amis du Musée de la Batellerie ont tenu leur Assemblée Générale à Rieux et bien entendu nous y étions.

Ce fut l’occasion de nous retrouver et de passer un bon moment ensemble avec tous les amis de la voie d’eau.

Au cours de cette assemblée nous avons pu assister, en avant-première, à la projection d’un film documentaire consacré à Alphonse Debray. Cette ancien marinier relate ses souvenirs en expliquant parfaitement ce qu’a représenté la navigation commerciale sur nos canaux durant toute son activité, et elle fut longue car dès sa petite enfance il était à bord d’un «auto-moteur» avec ses parents (il n’aime pas le mot péniche).

ABPF-marinier-breton

Aujourd’hui avec une mémoire exceptionnelle, il nous raconte son histoire et c’est captivant. Ce film a été réalise avec le soutien financier du Conseil Général d’Ille & Vilaine et de la communauté de communes.

Vous pouvez vous procurer ce DVD au prix de 17 € auprès du Musée de la Batellerie de Redon : 12, quai Jean Bart – 35600 REDON. Tél : 02 99 72 30 95

La région mise sur les voies navigables

Depuis le 1er janvier 2010, les agents des voies navigables ont intégré les services de la Région Bretagne. Ce transfert de personnel achève la prise en main d’une compétence clé pour le développement du tourisme en Bretagne :

la gestion de son réseau navigable intérieur.

ABPF-marc-schaffner-200

Oust, Blavet, Vilaine, Aulne, canal d’Ille et Rance… : le réseau navigable breton offre un riche lacis de cours d’eau propices à la flânerie, en bateau, à pied ou à vélo. Mais c’est aussi un puzzle juridique compliqué, hérité d’une décentralisation menée à pas prudents. Ce réseau est placé sous la responsabilité de la Région Bretagne. Comme les Régions Picardie et Bourgogne, elle en avait, en effet, demandé le transfert. Au terme d’une décentralisation progressive (voir plus bas), elle vient d’intégrer les 157 agents assurant l’aménagement et l’entretien de ce domaine public fluvial. Gain attendu : une plus grande clarté de relations avec les différents concessionnaires public chargés du réseau navigable sur le terrain (leurs agents dépendaient jusqu’ici de l’Etat). C’est un atout pour la préservation d’un patrimoine culturel et naturel précieux, en particulier pour le tourisme intérieur : l’un des axes forts de la politique touristique régionale.

409 km de cours d’eau, de canaux et d’écluses.

  • Le réseau navigable breton géré par la Région, c’est 409 km de cours d’eau naturels ou canalisés et leurs ouvrages d’alimentation (étang, rigoles…), jalonnés par 265 écluses, mais aussi ouvrages d’arts, ponts, édifices religieux… A noter : une section importante du Canal de Nantes à Brest (134 km de canaux entre Guerlédan et Chateaulin) est gérée par les Départements (Finistère et Côtes d’Armor).
  • Les principales voies navigables : le canal de Nantes à Brest (d’Est en Ouest), le Blavet (de Pontivy au centre à Hennebont au Sud), le canal d’Ille et Rance puis la Vilaine (du Nord au Sud, de Dinan à Arzal en passant par Rennes et Redon).

Un transfert de compétence en trois étapes :

  • 1989, l’Etat délègue à trois Régions (Bourgogne, Picardie, Bretagne) les compétences de gestion, d’entretien et d’aménagement des voies navigables. Cette mission est confiée, sur le terrain, à des concessionnaires publics (Départements).
  • 2008 : Ces trois Régions deviennent propriétaire de leur domaine public fluvial (qui leur est transféré par l’Etat).
  • 2010 : En Bretagne, les agents des voies navigables (qui dépendaient jusqu’ici de l’Etat) intègrent les services de la Région.

En Bref

Quelques potins, informations diverses sur les écluses et compte rendu sur le forum de l’eau de la région Bretagne.

Débarrage, canal et saumon

Plus de détails avec K. Benferhat. Vous pouvez également commander son livre dans notre boutique.

Plantes envahissantes

Quelles sont les plantes nuisibles pour les voies navigables de Bretagne ? Comment luttons-nous pour protéger les canaux ?