La construction du barrage de Guerlédan.

Tout a commencé en 1921 quand le Préfet de Pontivy, Mr. Ratier a imaginé la création d’une usine électrique sur le Blavet au niveau de l’écluse de Guerlédan.

Les travaux débutent le 1er Juin 1923. La prouesse technique est monumentale. L’ouvrage est cerné de collines en grès armoricain particulièrement résistant et difficile à dynamiter. Les matériaux sont acheminés par péniches depuis Pontivy. Les plans prévoient la pose de huit tranches de béton moulé, soit 110.000 m3.

Rapidement des difficultés financières et techniques imprévues contraignent à stopper le chantier en Septembre 1925. Il a fallu faire appel à des capitaux canadiens pour qu’il reprenne en 1927. Cette année là 219 travailleurs se relaient en permanence.

En 1929, 70 % des travaux sont achevés. La construction avance vaille que vaille. 340 ha de terres sont rachetés en vue de créer le lac. Cinq mois plus tard la centrale hydraulique est terminée. La mise en eau débute le 7 Août 1929. Le barrage et l’usine sont inaugurés en Octobre 1930. Désormais le canal de Nantes à Brest est coupé en deux et les 17 écluses immergées.

Depuis, le lac a été vidé à quatre reprises. Cette opération est obligatoire tous les dix ans afin de vérifier la structure dans son ensemble. La toute première fois en 1951, puis en 1966 et 1976 . La dernière vidange a eu lieu en 1985. Pourquoi tant d’écart entre 1985 et aujourd’hui ? Tout simplement parce que les techniques modernes ont évolué et que la surveillance et les vérifications étaient effectuées par des robots subaquatiques.

Rappelons que le barrage a une hauteur de 45 m et une longueur de 208 m. Le lac a une superficie de 304 ha pour un volume de 53 millions de m3 d’eau.

La vidange du lac de Guerlédan (2015).

 

abpf-vidange-lac-guerledan

La vidange a commencé le 1er Mars et s’est terminé fin Avril. Le lac a été asséché de Mai à Novembre 2015 et a pu se remplir par le débit naturel du Blavet.

Pendant cette période d’assèchement il a été possible de visiter le fond du lac. Ce fut vraiment une curiosité pour les visiteurs de découvrir ce site devenu désertique l’espace d’un moment.